La confiance en soi lorsque l’on est au chômage

posted in: Uncategorized | 0

Juste après l’obtention de mon Master professionnel de Psychologie, j’ai travaillé pendant 5 ans, en tant que recruteuse dans une  agence intérim sur Nancy. J’ai embauché divers profils dans tous les secteurs d’activités. J’ai recruté des mineurs de sel, des secrétaires, des conducteurs de travaux, des RH, des responsables de site, des vendeurs… J’ai négocié avec des acheteurs, des RH et animé des réunions pour Pole Emploi.

Aujourd’hui cette expérience professionnelle m’aide beaucoup dans ma pratique car elle me permet de vous apporter une aide concrète sur la problématique du mal être au travail et sur la confiance en soi.

 

La confiance en soi lorsque l’on est au chômage

 

La confiance en soi lorsque l’on est au chômage est bien souvent altérée…Les patients me parlent de honte de ne pas travailler, de culpabilité de devoir rester chez eux, et ils m’évoquent aussi la peur de ne jamais retrouver un poste. Pourtant cette confiance est plus que nécessaire en cette période difficile.

Une personne qui est triste, pessimiste aura moins de chance de se faire embaucher qu’une personne souriante, avenante et volontaire.

Il est difficile de donner des conseils pendant cette période…Pourtant il subsiste des « outils » ou des méthodes pour essayer de garder le moral le plus longtemps possible. La confiance se construit pas à pas.

 

  1. Gardez avant tout un lien social. L’isolement malheureusement arrive rapidement lorsque l’on est au chômage. Essayez de ne pas rester seul. La solitude peut amener à la rumination. Rencontrez, échangez avec vos amis.

Le lien social peut aussi stratégiquement vous donner une piste ou vous permettre de retrouver un emploi. N’ayez pas honte de dire que vous recherchez un poste. Soyez même clair dans votre demande, on ne sait jamais ! Parlez toujours de vous en termes positifs.

 

  1. Travaillez vos points forts et vos points faibles. Sur une feuille de papier, écrivez vos réussites professionnelles et personnelles. Même les plus minimes. Cela peut être une simple situation, une réaction face à un évènement, comme une promotion, un dossier fini. Mais aussi un mariage, une tarte aux pommes, votre maison… Enrichissez cette liste dès que vous êtes content de vous.

Lisez vos réussites à voix hautes. J’insiste souvent sur ce point mais lire à voix haute a un impact psychologique plus important. Vous pouvez aussi utiliser un miroir pour les dire devant vous.  Regardez-vous et Respectez-vous.  Oserai-je dire aimez-vous ? Je vous vois déjà sourire !

Gardez en mémoire vos réussites, elles vous appartiennent. En entretien, ne les oubliez pas. Vous ne vous résumez pas seulement à une personne au chômage. C’est juste une période difficile à traverser.

Sachez tirer leçons de vos échecs. Essayez de comprendre pourquoi. N’ayez pas honte d’un licenciement ou d’une rupture de contrat. Ressortez le positif de cette situation.

Vous pouvez aussi demander à 4 ou 5 personnes bienveillantes de votre entourage, ce qu’elles pensent de vous. Elles doivent vous donner 5 qualités et 5 défauts, en justifiant leurs propos par des exemples. Cet exercice peut vous aider à savoir quelle image on a de vous, vous conforter dans votre description, et vous aider aussi à trouver des qualités et des défauts à donner au futur recruteur.

 

  1. Projetez-vous dans l’avenir. Que souhaitez-vous comme poste, comme environnement ? Quelle personne souhaitez-vous être ? Il est souvent difficile de se projeter dans le futur, encore plus lorsque l’on est dans une période difficile. Ce travail de visualisation peut vous aider à voir plus loin que cette situation.

 

  1. Trouvez 3 points positifs par jour, et notez-les. C’est un exercice tiré de la psychologie positive et de Florence Servan-Schreiber. Prenez conscience chaque jour de trois bons moments agréables qui ont marqué votre journée.

Il n’est pas nécessaire de chercher très loin pour trouver le bonheur. Chaque jour, la vie nous offre de petits cadeaux dont nous n’avons pas toujours conscience : un rayon de soleil, l’odeur du café ou de la pluie, un sourire, une discussion avec un ami…

Vous pouvez aussi les partager en famille. Cet exercice nous fait prendre conscience qu’il est souvent plus facile de se focaliser sur le négatif. Le bonheur se travaille au quotidien.

  1. Enfin faites aussi attention à votre hygiène de vie.

Faites du sport, bougez.

Gardez des horaires classiques d’une journée de travail.

Profitez-en peut être pour faire du tri dans votre foyer. Parfois remplir des sacs poubelles peut aider à faire le tri aussi dans sa tête !  Il est important de bien se sentir chez soi. Votre lieu de vie doit être agréable et vous convenir.

 

Et Respirez ! Les respirations profondes débarrassent le corps de ses déchets, de ses tensions et permettent au corps de se relaxer. Le fait de se concentrer sur sa respiration permet de se déconnecter de ses peurs car l’esprit est occupé à faire autre chose. Faites une respiration ventrale 3 fois par jour par prévention ; et à chaque fois qu’une angoisse ou idée noire pointent le bout de son nez.

 

Etre au chômage, aller au rendez-vous de Pôle Emploi, affronter les autres, ses amis, sa famille, affronter cette journée vide…Oui, c’est dur.

Mais rien n’est permanent. Le cerveau, croyez-moi,  peut se programme au bonheur !

 

causes-du-manque-de-confiance-en-soi